Activités

.

Prise en charge, kinésithérapie

.

Au cœur de la forêt domaniale de Saint Gobain (Aisne), le Centre de Rééducation et de Réadaptation Fonctionnelle Jacques Ficheux est un Etablissement Public de Santé de 200 lits et places.

Sa mono spécialité, SSR (affections du système nerveux, affections de l’appareil locomoteur, affections du système digestif métabolique et endocrinien, SSR polyvalent) donne au CRRF une place de premier ordre sur le territoire de santé.

Un panel représentatif des différents métiers de la rééducation et de la réadaptation fonctionnelle est la véritable force humaine du Centre (médecins MPR et autres spécialités, kinésithérapeutes, ergothérapeutes, professeurs en Activité Physique Adaptée, orthophonistes, psychologue, neuropsychologue, diététiciennes, assistante sociale, conseillère en réinsertion, cadres de santé, infirmières, aides soignants, ASH, professionnels administratifs, techniques et logistiques, etc.) En définitive, c’est toute une équipe pluri professionnelle (médicale, paramédicale, administrative et technique) qui est engagée au service de l’Usager.

.

Le pôle de Médecine Physique et Réadaptation accueille des patients qui nécessitent une rééducation suite à une affection neurologique ou de l’appareil locomoteur.

.

La rééducation réadaptation fonctionnelle est un processus continue qui débute des la phase aiguë de l’accident ou de l’affection médicale et qui se poursuit tout au long de l’évolution jusqu’à la phase de réinsertion socio familiale  professionnelle et éventuellement sportive.

.

La Médecine Physique et de Réadaptation au XXI ème siècle


« Médecine Physique et de Réadaptation » est l’appellation officielle de la spécialité depuis 1995, traduisant les origines bipolaires de la spécialité issue de la médecine physique et de la réadaptation. Elle a pour rôle de « coordonner et d’assurer la mise en application de toutes les mesures visant à prévenir ou à réduire au minimum inévitable les conséquences fonctionnelles, physiques, psychiques, sociales et économiques des déficiences ou
incapacités.


Elle comporte la mise en œuvre méthodique des actions nécessaires à la réalisation de ces objectifs, depuis le début de l’affection, jusqu’à la réinsertion du patient dans son milieu ambiant et dans la société. ». C’est une véritable « médecine de la fonction ». Elle ne se réfère pas à un organe ni à une étiologie, mais à un individu dont les déficiences sont responsables d’incapacités fonctionnelles et parfois de handicap. La démarche de soin est originale reposant sur l’intervention d’une équipe pluridisciplinaire. La « médecine physique » fait référence aux moyens d’évaluation et thérapeutiques utilisés principalement en MPR, n’utilisant ni médicament, ni intervention chirurgicale, mais des
techniques manuelles et instrumentales.


La « réadaptation » regroupe « l’ensemble des moyens médicaux, psychologiques, sociaux qui permettent à une personne en situation de handicap, ou menacée de l’être, du fait d’une ou plusieurs limitations fonctionnelles de mener une existence aussi autonome que possible » La réadaptation est un processus lent et continu qui nécessite une organisation complexe transversale médicale et sociale.

.

  • La réadaptation médicale fait appel aux moyens de la médecine physique mis en œuvre parle médecin rééducateur grâce à l’action des différents thérapeutes, mais également à l’intervention d’autres disciplines (psychiatrie, chirurgie, …) que le médecin rééducateur se devra de coordonner.
  • La réadaptation sociale et professionnelle fait appel à différents intervenants parmi lesquelles les travailleurs sociaux, pour permettre le maintien ou la reprise des activités de la vie quotidienne.

.

Ces soins sont dispensés en hospitalisation complète, en hôpital de semaine , en hospitalisation de jour ou en externe,

.

Le service dispose d’un vaste plateau technique, offrant des outils technologiques modernes de rééducation : balnéothérapie, physiothérapie, rééducation robotisée, analyse de la marche et du mouvement,

Les pathologies prises en charge sont nombreuses : AVC, traumatisme crânien, sclérose en plaques, maladie de Parkinson, amputation, lombalgies, traumatologie et orthopédie, scoliose de l’enfant et de l’adulte, maladies neuromusculaires, activités physiques adaptées pour les patients cancéreux…

Intégré au GHT Aisne Nord – Haute Somme, depuis le 1er juillet 2016, le CRRF est un des onze Etablissements Publics de Santé engagés historiquement dans une logique de coopération, dans une logique de filières de soins et dans une logique de proximité.